30.09.2012

Actualités garage du Nouveau Salon

Patrick Benoit et le Garage du Nouveau Salon, 21 ans de fidélité à Mazda

Curieux destin que celui du patron du Garage du Nouveau Salon. Il a débuté en 1981, à un jet de pierre de son garage actuel! Il était mécanicien et coureur automobile.
Les débuts? Patrick Benoit raconte son arrivée à Genève en 1981, chez André Chevalley, route de Ferney. En 1990, il retrouve cette rue, à 500m près, lorsqu’il se met à son compte en 1990 en reprenant le Garage du Nouveau Salon. Sa concession Mazda est du coup la plus ancienne de Genève.

Comment ça va ?

Très bien! La gamme Mazda s’étoffe, le nouveau CX-5 arrive, la nouvelle 6 est pour bientôt. Elle est apparue au Salon de Moscou et le break est présenté au Salon de Paris. Des modèles dotés de la technologie Skyactiv, signifiant réduction de poids et des consommations. C’est une nouvelle philosophie de voitures, très bien équipées et d’un haut niveau technologique. Nous avons de belles perspectives avec cette marque.

Que pensez-vous de votre situation géographique ?

Nous sommes dans le triangle de l’aéroport. Nous avons des bureaux qui se construisent, une zone mixte avec des logements et des activités économiques qui se développe juste en face.

Et votre clientèle ?

Elle provient de toute la région. Elle est un peu plus large avec les nouveaux modèles que nous proposons; nous intéressons des cadres aussi bien que des employés. Analyser notre centre d’occasion est plus difficile; les clients sont beaucoup plus mobiles, nous en avons qui viennent de Suisse alémanique pour une voiture. Nous avons aussi des habitués de longue date, cela fait vingt deux ans que je suis là.

Combien de personnes travaillent-elles avec vous ?

Nous sommes actuellement huit avec l’administration, la vente et l’atelier. Notre service après-vente est constitué de collaborateurs qui sont là depuis très longtemps. Les clients apprécient cette fidélité. Nous avons des formations sur les nouvelles technologies. Nous sommes une entreprise formatrice qui accueille régulièrement des apprentis.

Comment se porte le marché automobile ?

Il a été tendu avec les importations directes qui l’ont un peu déstabilisé. Cela a fait du tort à tout le monde. Le marché actuel n’est pas mauvais, nous avons la chance de vivre dans un pays où le pouvoir d’achat reste important. Nous ne devons pas nous plaindre parce qu’en regardant les chiffres, autour des trois cent mille voitures vendues en 2012, nous ne sommes pas loin des meilleures années. Le secteur automobile a beaucoup changé, on peut dire qu’il s’est épuré, professionnalisé. Nous sommes contraints d’être au top niveau.

L’entretien est-il une activité très importante ?

Les voitures sont devenues très fiables et n’ont besoin que d’un service par année. Nous avons le centre d’occasion qui nous permet d’augmenter le volume de travail de l’atelier, car nous avons suffisamment de place.

Source - Tribune de Genève - Frédéric Demètre

Galerie

Mazda 2


Couleurs du site

3 Couleurs prédéfinies